Rechercher dans ce blog

jeudi 5 janvier 2012

Les louisianas, des cousins réputés difficiles

Cette chronique est l'histoire d'une frustration. J'ai voulu autrefois faire pousser dans mon jardin en région parisienne, des Louisiana que j'avais acquis auprès de Joe Ghio et je crois bien d'Iris en Provence. J'avais pour cela suivi les conseils de culture, creusé un lit pour les accueillir, tapissé de feutre géotextile et rempli d'un mélange de terre de bruyère et de soufre. J'avais copieusement arrosé. Mais rien ne s'est passé comme je l'aurais souhaité. Aucun n'a fleuri et tous ont fini par mourir. L'hiver ayant été cette année là particulièrement rigoureux.
Le temps de regarder les catalogues et les livres et voilà que l'envie me prend de nouveau…

Avant d'entreprendre un rapide tour de ce monde de beauté que sont les iris de Louisiane, laissez moi vous souhaiter une année 2012 fleurie et heureuse !

Chilhood Sweetheart (Photo Twiki)
Comme leur nom l'indique…


Ces iris sont originaires de Louisiane (Etats-Unis) dont a peut être oublié qu’elle fut française de 1682 à 1763 et qu’il y subsiste, aujourd’hui encore, des traces de ce passé, notamment le parler « Cajun » et le quartier français de la Nouvelle Orléans.

Cette « province française » recouvrait alors un vaste territoire depuis la région des Grands Lacs jusqu’au golfe du Mexique, soit à peu près l’ensemble du bassin hydrographique du Mississipi.
Ces précisions ne sont pas sans intérêt dès lors que l’on étudie l’aire d’extension de nos iris dit de Louisiane…

Des « iris d’eau » ?


Originaires de cinq espèces naturelles du delta du Mississipi (dont iris fulva), ces iris ont la réputation d’être des plantes de climat semi-tropical et de zones marécageuses, donc des plantes difficiles à acclimater dans nos régions, comme ma malheureuse expérience semble le prouver. Pourquoi donc leur consacrer cette livraison ? Peut-être parce que d'autres ont réussi là où j'ai échoué, et que l'échec est en l'occurrence le produit de l'ignorance.

Mythe et réalité

Les Louisianas sont des iris qui demandent quelques conditions privilégiées et des soins attentifs, comme toutes les belles choses.
Leur culture n'est certes pas des plus faciles, mais avec un peu d'attention, on doit pouvoir obtenir des résultats satisfaisants, comme en témoigne la réussite de plusieurs amis amateurs d'iris dont j'ai utilisé ici, l'expérience et les conseils. Il faut pour réussir bien connaître le cycle de croissance de cette magnifique iridacée. Elle fleurit au pritemps et nécessite avant et pendant une importante quantité d'eau. Après la floraison, il convient de couper les tiges florales pour éviter de fatiguer la plante en la laissant produire des graines (surtout les deux premières années). Au cœur de l'été, l'iris de Louisiane entre dans une semi-dormance, mais le sol doit être maintenu humide. A l'automne, en même temps que la température décroit, la croissance repart. Il faut alors fertiliser modérement mais souvent jusqu'au début de l'hiver.

Un sol acide ?

Comme le sol du delta du Mississipi est plutôt acide, on en a conclu que ces iris ne pouvaient vivre que dans un sol fortement acide et il y encore une décennie on invitait les heureux possesseurs de ces merveilles à renforcer l’acidité du lit de plantation par du soufre.
Si l’on réfléchit à l’aire naturelle d’extension de ces plantes, très au Nord du delta du « big muddy », on constate que les sols où elles poussent sont loins de présenter tous l’acidité supposée requise. 
Les producteurs américains considèrent aujourd’hui qu’il faut surtout éviter les extrêmes (ni trop acide ni trop alcalin). On considérera comme favorable un sol au PH de 5 à 6 soit une terre faite de terre de bruyère de compost, de terreau de feuille et d’amendements organiques. Pour éviter les remontées calcaires et favoriser la rétention d’eau, on peut constituer une plate bande isolée avec un « liner » utilisé pour les bassins qui viendra tapisser les parois. [autrement dit une bache de plastique épais]

Un iris d’étang ?

Les conditions idéales pour les réussir associent un sol un peu acide, une température estivale élevée et une humidité constante pendant la saison végétative, conditions qui, en attente de réchauffement climatique ne sont spontanément atteintes nulle part ici à partpeut-être en Camargue

Il convient donc de veiller à une humidité constante pendant la saison végétative (le sol ne doit pas se dessécher) ce qui peut être obtenu par des arrosages ou une plantation en bordure de plan d’eau ou sur une berge (quand on a la chance d’avoir une rivière sous la main).
Une plantation en eau plus profonde (à la manière de nos iris pseudoacorus, ou iris des marais) n’est conseillée que dans les régions où les hivers sont cléments, car si les Louisianas ne craignent ni le froid, ni la neige, ni le gel (qu’on songe à la sévérité des hivers nord-américains jusque dans le sud des E.U.) ils craignent le gel dès lors qu’ils sont immergés. On les protègera quand même presque partout l’hiver par un important paillage. Le paillis de chanvre ou de lin, voire même d’écorces de pins (pas trop grosses) est une bonne solution.
On peut aussi les cultiver en bassines, exposés au soleil sous quelques cm d'eau (à vider l'hiver venu).

Une exposition ensoleillée

En tout état de cause, comme pour la plupart des iridacées, une exposition ensoleillée est nécessaire avec un minimum de six heures de soleil par jour (et plus dans les régions septentrionales). On gagnera quelques degrés en plantant au pied d'un mur exposé plein sud.

Des précautions à la plantation

Il faut acheter ces iris chez un producteur fiable et s'assurer des conditions d'envoi et de transport. En effet, les racines ne doivent jamais sécher, sinon c'est irrécupérable. Les producteurs sérieux les expédient les racines enveloppées dans un sachet plastique, avec de la mousse ou de la tourbe humide.
La plantation se fait au début de l'automne, lorsque l'iris après un repos estival repart en croissance.
Il faut éviter de planter serré, car la multiplication peut être rapide et les rhizomes nouveaux se développant latéralement sont assez longs. Un minimum de 60 cm entre les touffes devrait être respecté.
Si les rhizomes doivent être immergés (par exemple en bordure d'un étang ou d'un bassin), la technique rappelle celle des nymphéas : planter le rhizome dans un pot large et peu profond (qui sera immergé) mais ligaturer avec du fil de fer pour éviter que le rhizome ne sorte du pot.
L'immersion n'est pas la meilleure solution, car il faut éviter que les rhizomes soient recouverts de plus de 4 cm d'eau. On conseillera plutôt une plantation en bordure de bassin, ce qui facilitera quelque peu la fertilisation. On peut aussi les cultiver dans de grandes bassines ou des demi-tonneaux avec de bons résultats.

Des iris "gourmands" ?

À cette question, la réponse est "oui" sans hésitation. Il faut donc une bonne fertilisation.
En effet les louisiana sont d'avides mangeurs, surtout lorsqu'ils sont immergés, l'eau dissipant assez vite la nourriture. En règle générale on fera deux bons apports d'engrais : une fois au début du printemps (engrais équilibré type 10/10/10) et une deuxième fois à l'automne en privilégiant un engrais riche en phosphore et pauvre en azote (type 5/20/10). On pourra compléter cet apport pendant la saison végétative en fonction des besoins par des doses modérées, mais fréquentes d'un engrais pour plantes acidophiles (comme camelia et rhododendron). On conseille aussi du compost réalisé à partir de matériaux acides comme les aiguilles ou les écorces de pin. Pour les immergés, fertilisations plus nombreuses requises


De réelles beautés

La gamme des couleurs est extrêmement variée du blanc au violet en passant par la plupart des nuances de l'arc-en-ciel. 
Circe Queen (M. D. Faith 2006) (Photo Twiki)
On y trouve même des iris presque rouges…
Cajundome (Charles Arny 1985) (Photo Twiki)
 des iris doubles…
Charlotte''s Tutu (Heather Prior 1994) Photo Twiki
 et de superbes "blends"
Cobweb Concerto  (H. Prior 2003) Photo Twiki


On trouvera d'autres photos sur l'encyclopedie en ligne de la société américaine des iris ('Twiki) :
 http://wiki.irises.org/bin/view/La/WebHome

Où s'en procurer ?

On en trouve en France quelques variétés chez les producteurs d'iris, mais aussi dans les pépinières spécialisées dans les plantes vivaces.
Les grands spécialistes de cette plante sont les américains, et chose qui n'étonnera personne, les pépinières sont souvent situées dans la région du Golfe du Mexique.
On peut signaler parmi d'autres, Zydeco Louisiana Iris Garden dont le catalogue en ligne recèle de magnifiques cultivars :

http://www.zydecoirises.com/Culture/CultureZydeco.htm

Pour les adhérents de la Société Française des Iris et Bulbeuses (SFIB), il y a la possibilité de commandes groupées. (voir lien dans la marge droite)

En savoir plus

Il existe aux E.U. une Société pour les Iris de Louisiane (http://www.louisianas.org/). On peut y trouver conseil et échanger idées et recettes sur un forum.
Elle a publié un livre : The Louisiana Iris : the taming of an amrican wildflower




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire